Le royaume de Grenade (1238-1492)

La création du royaume

L’émirat de Grenade fût créé en 1238 par la dynastie Nasride, fondée par Muhammad ben Naṣr. Il devait sa survie à sa vassalité aux rois d’Aragon et de Castille, grâce à un tribut annuel que l’état de Grenade leur payait.

L’émirat de Grenade et la dynastie nasride représentaient la dernière configuration que prenait le royaume de Grenade (Gharnâtah en arabe). Il regroupait en tout trois provinces : Malaga, Almeria, et Grenade elle-même. En deux siècles et demi d’existence, l’émirat de Grenade a vu succéder sur son trône vingt-deux émirs de la dynastie nasride.  

Un royaume fort malgré les circonstances

La dynastie disposait d’un pouvoir central puissant. Grenade était la terre d’accueil de milliers de réfugiés musulmans. Des savants, des artisans, des hommes de lettres, ainsi que des architectes venaient grossir sa population.

Elle était soutenue par les Marinides du Maroc ou les Hafsides de Tunisie, grâce à des aides et des soutiens militaires. Les luttes que menaient entre eux les royaumes de Castille et d’Aragon ont largement contribué au renforcement du pouvoir des nasrides sur la péninsule ibérique.

La fin du royaume

Le déclin du royaume de Grenade fût annoncé en 1479 par l’union de Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille qui s’étaient réunis pour former une puissante coalition anti-musulmane. De leur côté, les Marinides du Maroc n’avaient plus soutenu Grenade, affaibli par des luttes de pouvoir interne. Des batailles impitoyables furent engagées pour tenter de sauver le royaume face à l’armée de coalition chrétienne.

Malaga fut anéanti en août 1487, malgré ses excellentes fortifications. Guadix, Almuñecar, Almeria et Baza tombèrent à leur tour, à la fin de 1489. Seule la ville de Grenade résista jusqu’au début de l’année 1490. L’histoire de l’Espagne musulmane cessa définitivement d’exister le 2 janvier 1492.